Le cabinet JLL a publié une étude sur la façon dont les jeunes voient les travail en 2030.

 

Voici les 6 points-clé :

 

1

Le travail devient un « happening »

Le travail est une expérience avant d’être un espace.

  • On est à la recherche du différent, de la surprise, de la rencontre.
  • Dans la lignée des « pop-up-stores », tout lieu peut devenir un espace de travail, tant qu’il offre les commodités (internet) et le confort.
  • Parallèlement, les frontières travail / loisirs s’effacent ; les bureaux nourrissent également le bien-être et l’inspiration.

 

2

Le travail devient un flux

La diffusion des nouveaux modes de travail et de gouvernance (agilité, holacratie, scrum…) ont
fait disparaitre les séparations hiérarchiques et organisationnelles :

  • La transparence architecturale et organisationnelle est un des piliers de l’entreprise.
  • La technologie est invisible et permanente : les interfaces et appareils se font mobiles, escamotables, projetés…
  • Disparition des bureaux : les employés sont désormais volants et passent d’un espace à l’autre.
  • Fin des silos, les anciens chefs disparaissent au pro t de managers- animateurs de projets,
  • Les horaires sont entièrement flexibles.

Les collaborateurs sont dans un flux continu de relations et d’actions qu’ils gèrent en fonction de leur énergie ou de leur humeur. Cette fluidité requiert cependant une certaine maîtrise par l’individu, devenu responsable de ses rythmes et de ses équilibres.

 

3

La reconnexion avec la nature

On assiste à un retour aux sources, qui va au-delà des enjeux écologiques :

  • La nature dans sa dimension environnementale, mais aussi primitive et organique.
  • Pas simplement la verdure, mais aussi la terre, l’eau.
  • Besoin de sensorialité : on touche, on sent les choses.
  • Le travail de la terre offre un indispensable moment de partage, de déconnection avec le virtuel, de retour à soi.
  • Travailler, c’est cultiver : le travail est lui aussi régi par des cycles (respect des saisons, travail puis récolte).

 

4

La recherche d’un équilibre

Le travail en 2030 est en proie à des énergies contradictoires, que les individus ont pour ambition
de mieux maîtriser, dans un souci d’optimisation et de performance :

• Rapidité, frénésie VS lenteur, procrastination

• Hyperconnexion VS déconnection • Communauté VS isolement

 

5

Du network à la communauté collaborative

L’espace de travail est régi par la communauté, l’ambiance et le projet.

Le besoin d’identfication est fort ; il s’articule autour du :

  • Travailler à un bien commun,
  • Partager un lifestyle,
  • Contribuer à un social workplace : le lieu de la communauté sociale et du construire ensemble.

 

6

Le recyclage & le détournement comme pratiques courantes

Ils répondent à un besoin d’événementiel et d’improvisation

  1. Courant «RE» – Arrêter de toujours faire du tout neuf, recyclage.
  2. Repenser les usages sans systématiquement créer de nouvelles choses.
  3. Upcycling, updating, rénovation, réhabilitation…
Previous post

Le baromètre emploi de la rentrée de Qapa repris par Focus RH

Next post

Ces métiers qui ignorent le chômage : Qapa sur BFM Business !