Les personnes qui ont des niveaux élevés d’auto-compassion ont tendance à être plus motivées, moins paresseuses et accomplies avec le temps. Mais encore plus important, elles s’aiment elles-mêmes, même lorsqu’elles échouent.

L’un des grands mythes de l’auto-compassion est qu’il s’agit de se mentir à soi-même. 

Ou qu’il s’agit d’être faible ou paresseux. Un autre mythe est qu’il s’agit de mettre de côté vos pensées difficiles et de dire: «Maintenant, je vais me dire cinq choses positives.»

Ce n’est pas de l’auto-compassion . Lorsque vous faites preuve de compassion, vous faites en fait quelque chose de très spécifique pour vous-même – vous remarquez des pensées difficiles, vous vous manifestez et vous créez un sentiment de sécurité psychologique pour vous-même.

Vous créez un espace dans lequel vous vous sentez capable de prendre des risques. Si vous vous blâmez chaque fois que vous échouez, cela vous empêche naturellement d’essayer de nouvelles choses et de prendre des risques. Mais lorsque vous êtes compatissant envers vous-même, vous savez que même si vous échouez, vous vous aimerez toujours. De cette façon, l’auto-compassion vous donne la capacité d’expérimenter et d’explorer, et d’être courageux.

Dans les études de recherche, les personnes qui ont des niveaux plus élevés d’autocompassion ont tendance à être plus motivées, moins paresseuses et plus réussies au fil du temps. 

Ils reconnaissent toujours où ils ont fauté, mais plutôt que d’être pris dans le blâme et le jugement, ils peuvent apprendre de leurs expériences, s’adapter et changer de cap pour la prochaine fois.

Alors, comment pouvez-vous cultiver l’auto-compassion? 

Commencez par arrêter d’être intransigeant envers vous-même. Dans une étude portant sur plus de 70 000 personnes, environ un tiers des participants jugeaient leurs expériences et émotions normales comme étant «bonnes» ou «mauvaises», «positives» ou «négatives». Lorsque vous évaluez votre vie d’une manière aussi noire et blanche, vous entrez dans un bras de fer interne – vous vous critiquez chaque fois que vous ressentez des émotions «mauvaises» ou «négatives» et chaque fois que vous ne vous sentez pas « émotions bonnes »ou« positives ».

Lorsque nous éprouvons une émotion difficile comme la tristesse ou la déception, nous sommes nombreux à répondre en nous disant: «C’est mauvais; Je ne devrais pas ressentir ça. Pourquoi ne puis-je pas être plus positif?!? » Et puis nous suivons ce jugement avec plus de jugement – nous nous réprimandons de ne pas avoir de compassion envers nous-mêmes. La prochaine fois que cela arrive, essayez de vous dire: «Je me sens triste. De quoi cette tristesse est-elle un signe? Qu’est-ce qui est important pour moi? Qu’est-ce que cela m’apprend?

Considérez vos émotions et vos pensées difficiles comme des données. Elles peuvent vous fournir des informations précieuses sur qui vous êtes et ce qui compte vraiment. L’auto-compassion vous permet de reconnaître et d’accepter tous vos sentiments, même lorsqu’ils sont négatifs. Par exemple, vous remarquerez peut-être que vous vous sentez vraiment frustré au travail. Alors demandez-vous: «De quoi cette frustration est-elle un signe? Qu’est-ce que cela me dit sur ce qui est important pour moi? « 

Pour une personne, la frustration peut être un signe que sa voix n’est pas entendue. Pour une autre personne, cette frustration pourrait indiquer qu’elle ne s’épanouit pas dans son travail. En vous questionnant sur vos émotions négatives, vous prenez plus de recul sur vous-même et sur qui vous êtes en tant qu’être humain.

Lorsque vous pouvez devenir curieux de vos expériences, vous êtes à 50% du chemin pour être compatissant. Parce qu’à ce moment-là, vous ne vous jugez pas ni vos émotions. Au lieu de cela, vous les regardez et apprenez d’elles. Vous pouvez également utiliser ce processus pour déterminer l’action la plus sage à entreprendre. Poursuivez votre introspection en vous demandant: «Que pourrais-je faire dans cette situation qui me servirait le mieux, mes valeurs et mes objectifs?»

Si vous avez du mal à faire preuve de compassion, ne vous en faites pas. Lorsque vous passez une journée sans éprouver de la compassion envers vous -même, il est vraiment important de ne pas vous critiquer. Une chose qui peut vous aider est de vous regarder sous un angle différent. Nous avons tous une version enfant de nous-mêmes qui vit en nous.

Imaginez si un enfant venait vous voir et vous disait: «Personne ne veut être avec moi» ou «Je me sens triste» ou «J’ai essayé de bien réussir dans ce projet mais je n’ai pas réussi», les puniriez-vous? Bien sûr que non. Vous le prenez dans vos bras, vous l’écoutez et vous le réconfortez. Parfois, en tant qu’adulte, lorsque nous manquons de compassion envers nous-mêmes, cela peut aider à se connecter avec l’enfant en vous et à découvrir ce dont il a besoin. Alors, lorsque vous avez du mal à accéder à l’auto-compassion, demandez: «Je remarque que je ressens une émotion X. De quoi l’enfant en moi a-t-il besoin maintenant? »

En fin de compte, l’autocompassion consiste à reconnaître ce que signifie être humain. L’inconfort, le stress, la déception, la perte et la douleur font tous partie du voyage humain. Si nous ne pouvons pas entrer dans un espace de bienveillance envers nous-mêmes, nous nous mettons en contradiction avec la réalité de la vie. Une autre caractéristique de l’humanité est l’imperfection: être humain, c’est être imparfait et faire des erreurs. L’auto-compassion est une partie nécessaire de notre voyage; il s’agit de reconnaître que vous faites de votre mieux – avec qui vous êtes, avec ce que vous avez et avec les ressources qui vous ont été données.

Suivez QAPA sur FacebookLinkedIn et Instagram ou rendez vous directement sur qapa.news pour recevoir, chaque jour, nos derniers articles ! 🚀 Et pour accéder à toutes nos offres direction qapa.frou l’application mobile disponible sur Apple et Google Play.

Previous post

Comment réussir votre entretien vidéo ?

Next post

9 étapes pour bâtir (et diriger) une équipe réussie