Le 10 juillet dernier a été votée une loi tendant au développement, à l’encadrement des stages et à l’amélioration du statut des stagiaires, avec une revalorisation de l’indemnisation mensuelle minimale passant de 436 € à 523,26 €… effective en 2015. Mais à l’heure actuelle, les étudiants sont-ils tous égaux lorsqu’il s’agit de rétribuer leur travail en entreprise ?

Une enquête sur le salaire moyen des stagiaires a été réalisée du 12 au 22 septembre 2014 auprès de 1 000 étudiants par le cabinet de recrutement La Relève, spécialisé dans la recherche de stage, alternant et de jeune diplômé. Avec une moyenne de rémunération atteignant 822,53 €, elle démontre que la gratification des élèves d’écoles privées est de 53 % supérieure à celle d’un stagiaire venant d’université ou de classe prépa.

 

L’ENQUÊTE EN CHIFFRES

À partir de questions simples (sexe de l’étudiant, âge, domaine et niveau d’études, localisation du stage, durée du stage, structure et type d’entreprise, rémunération, …), La Relève nous indique que dans les 80 % des étudiants d’écoles privées interrogés, plus de la moitié font une école de commerce avec un niveau Bac+4/5. La majorité a entre 22 et 24 ans et cible les grandes entreprises comme pourvoyeur de stages… localisées pour la plupart en Ile de France. 82 % des étudiants connaissent leurs droits en tant que stagiaires (rémunération légale, avantages, etc …). Et nous pouvons souligner qu’outre la couverture de 50 % du titre de transport, 47 % se voient rembourser leurs frais de repas (ou reçoivent des tickets restaurants).

 

LE CONSTAT D’ADRIEN DUCLUZEAU, FONDATEUR DE LA RELÈVE

Adrien Ducluzeau, fondateur du cabinet de recrutement La Relève explique : « Nous constatons que les étudiants en fin d’études et issus d’une école privée sont mieux rémunérés que la plupart de leurs camarades universitaires. Ils sont également plus attirés par les stages au sein de grandes entreprises que par des entreprises de tailles moyennes ou des startups. Pourtant, leur rémunération serait équivalente voire supérieure dans de plus petites structures. Mon expérience et les échanges que j’ai régulièrement avec des chefs de TPE/PME montrent que les stagiaires y sont très bien accueillis et qu’ils ont plus de responsabilités. Le hic ? Ces chefs d’entreprises ont peu de demandes de stages car ils sont sous-estimés par les étudiants. Il faut inverser cette tendance et rééquilibrer l’offre et la demande. Je prends La Relève. »

infolareleve

 

Pour télécharger toute l’infographique, cliquez ici.

Previous post

Légère baisse du chômage en Août

Next post

Qapa partenaire du salon Paris pour l'Emploi