Des chiffres très encourageants

Le nombre d’inscrits en catégorie A à Pôle emploi en France entière a en effet diminué de 12.700, après le recul record (du jamais vu depuis 1996) de 67.100 en septembre.

En effet, ce n’était arrivé que deux fois depuis le début du quinquennat Hollande. L’inversion de la courbe du chômage se confirme donc bel et bien. Le nombre de chômeurs en A a reculé de 106.800 depuis la fin janvier et de 107.700 sur douze mois glissants.

«Cette deuxième baisse mensuelle consécutive porte à plus de 100.000 la diminution du nombre de demandeurs d’emploi sans activité depuis le début de l’année», s’est immédiatement félicitée Myriam El Khomri, la ministre du Travail. «Il s’agit même de la plus forte baisse annuelle observée depuis mai 2008. Ces résultats confortent donc la tendance favorable qui se dessine depuis plusieurs mois.»

Au dernier pointage, il y a donc désormais 3,734 millions de chômeurs en catégorie A en France entière et 5,760 millions si on ajoute les demandeurs d’emploi en activité réduite des catégories B et C (qui ont déclaré avoir travaillé plus ou moins de 78h dans le mois considéré). «Depuis le début de l’année, le chômage baisse même s’il reste trop élevé», a abondé François Hollande lors de la visite d’une start-up offrant des formations en ligne «La bataille pour l’emploi est longue mais elle porte ses fruits.» Le mot d’inversion n’est pas sur les lèvres du président, qui a conditionné sa candidature à la présidentielle de 2017 à une baisse durable du chômage, mais il n’est pas très loin…

Part très élevée des chômeurs de longue durée

La ministre du Travail s’est également félicitée du fort repli des inscrits chez les moins de 25 ans (-7400 en octobre et -43.200 sur un an), «soit la plus forte baisse annuelle enregistrée depuis 2007». Le nombre de jeunes inscrits en catégorie A à Pôle emploi est donc revenu juste au-dessus de la barre des 480.000, un plus bas qui n’avait plus été atteint depuis octobre 2011. Le reflux se mesure aussi chez les chômeurs de longue durée, inscrits depuis plus d’un an, dont le nombre est resté stable sur un mois (+300) mais a baissé de près de 70.000 depuis son plus haut enregistré en février dernier. La part des chômeurs de longue durée à Pôle emploi, les plus difficiles à reclasser, reste toutefois très élevée, à 44,2% des inscrits des catégories A, B et C, en hausse de 5,6 points depuis le début du quinquennat mais en baisse de 1,5 point depuis le record du mois d’avril.

Et pas question d’aller chercher du côté des suspensions d’inscription ou des radiations l’explication de la bonne tendance actuelle: sur trois mois, les premières reculent de 3,9% et les secondes augmentent de 1,5% seulement. Et sur un an, le bond de 30,4% des radiations ne représente pas grand-chose puisqu’en volume des sorties des catégories A, B et C, elles ne constituent toujours que 1% du total chaque mois.

Les entrées en formation, consécutives au plan 500.000 porté par le président, n’expliquent pas non plus le bon résultat des trois derniers mois puisqu’elles affichent un recul de 9,7%. «Les entrées en formation de demandeurs d’emploi se poursuivent à un bon rythme (78.700 en octobre, soit +72 % par rapport à octobre 2015), a confirmé Myriam El Khomri. Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie D (-500 ce mois-ci) reste toutefois stable depuis trois mois en raison de l’augmentation concomitante du nombre de sorties de formation».

Previous post

Comment obtenir une promotion sans travailler jusqu'à épuisement ?

Next post

Les différences entre les programmes de François Fillon et Alain Juppé