Incroyable mais vrai. Ces lycéens ne manifestent pas pour travailler moins ou pour avoir moins de cours mais bien pour réclamer plus de sanctions ! La direction n’a jamais vu ça. Vendredi 25 novembre dernier, les lycéens d’Albert Chassagne, en Loire-Atlantique, ont été les acteurs d’un mouvement de contestation inhabituel.

Comme le rapporte Ouest-France dans son édition du soir, une centaine d’élèves se seraient rapprochés du bureau de la proviseure en criant «sanctions, sanctions!», refusant ainsi de laisser impunis ceux qui, selon eux, mettent à sac l’établissement depuis plusieurs semaines. Mais que s’est-il passé pour qu’on en arrive là ? En réalité, les élèves de cet établissement jugent que le comportement des dirigeants du lycée est trop laxiste envers certains d’entre eux : « Ils lancent des bouts de gomme, des cailloux, des chaises de classe. » comme le raconte un élève au journal.

Il semblerait cependant que ce mouvement de foule ne fasse pas vraiment tourner la tête aux dirigeants, comme l’explique la proviseure : « la réponse aux problèmes se fait par le dialogue et non en coupant des têtes. C’est un métier difficile, qui demande expérience et formation » .

L’académie de Nantes déclare suivre « avec beaucoup d’attention le dossier » et affirme avoir « un dialogue suivi avec toutes les personnes impliquées, que ce soit les élèves qui ont des attentes ou ceux qui posent problème. »

Previous post

Ne laissez pas votre travail passer avant votre santé

Next post

Les compétences nécessaires pour réussir dans son premier emploi