En 2014, la société Areva a accusé une perte record de 4,8 milliards d’euros. Suite au plan de restructuration annoncé en avril, plus de 6000 emplois seront supprimés dans le monde d’ici à 2017.

Lourde nouvelle pour le géant français du nucléaire. Suites aux objectifs annoncés en avril via le plan de restructuration, ce n’est pas moins de 2 700 postes qui vont être supprimés en France d’ici à 2017, dans le cadre d’un plan de sauvegarde de l’emploi. Les deux tiers des salariés d’Areva sont aujourd’hui employés en France (le groupe représente 44 000 salariés). Selon la CGT, 1 300 départs ont déjà été enregistrés depuis le 1er janvier.

Philippe Launay (Force Ouvrière) précise que les prévisions de suppressions doivent encore être décortiquées puisque les documents remis au Comité Central d’Entreprise représentent pas moins de 800 pages.

Toutefois, ces suppressions de postes ne semblent pas suffire et c’est l’Etat lui-même qui va venir en aide à la société en injectant au moins 2,5 milliards d’euros dans le groupe nucléaire. L’objectif ? Mettre en place les deux projets d’entreprise attendus, à savoir le « Nouvel Areva » qui sera recentré sur le cycle des matières nucléaires et « Areva NP » chaudiériste nucléaire, fournisseur d’équipements, de services et de combustible.
Areva_logo
Previous post

Retour vers le futur : vit-on vraiment dans le futur imaginé par Robert Zemeckis ?

Next post

Taylor Swift gagne un million de dollars quotidiennement !