voix article qapa news

Si nous vivions dans le monde parfait, la réussite professionnelle se fonderait sur des facteurs tels que le talent, l’intelligence, l’originalité ou encore la performance. Cependant, il semblerait que ce soient aujourd’hui d’autres facteurs beaucoup plus insignifiants qui ont, paradoxalement un plus grand impact sur notre façon de travailler.

Une récente étude montrer qu’il existait une forte corrélation entre le pouvoir au travail et la façon de parler. Laissez-nous vous aider à exploiter cela pour augmenter vos capacités et votre leadership au sein de votre entreprise.

1. Connaissez-vous le son de votre voix ?

Ouvrez vos oreilles et essayer d’écouter votre voix. Est-elle douce ? Agressive ? autoritaire ? Si vous n’y arrivez vraiment pas, utilisez la fonction « micro » de votre smartphone et enregistrez-vous pendant une conversation. Prenez ensuite le casque et réécoutez-vous : ne soyez pas surpris, c’est bien vous qui parlez !

2. Travaillez-vous une voix d’adulte

Une chose est certaine : vous ne serez probablement pas pris au sérieux si vous avez encore une voix d’adolescente. La solution ? Le bâillement. En effet, c’est un outil très puissant pour aider votre voix à grandir. Le bâillement étire le pharynx, l’ouverture de l’espaxe à l’arrière de la bouche et permet ainsi de passer à travers, ce qui permet de prendre plus d’air. Vos muscles commenceront alors à se libérer, votre souffle et votre voix s’allongeront alors.

3. Parlez lentement

Parler trop rapidement peut donner l’impression que vous n’appréciez pas ce que vous dites et, bien souvent, vous enlève toute crédibilité. En effet, vos interlocuteurs ont alors du mal à comprendre ce que vous souhaitez dire et ne retiennent pas la moitié des idées que vous voulez faire passer.

Selon certaines études, la vitesse de parole idéale serait entre 150 et 160 mots par minute. Pour vous aidez à parler plus lentement et à prendre votre temps pour dire les choses : lisez à haute voix pour vous-même. Prenez un livre ou un journal et lisez, tout simplement. Nous vous conseillons également de prêter attention à votre souffle et au rythme de votre respiration.

4. Tenez-vous droit(e)

Assurez-vous que vous avez une posture droite et le haut du corps relâché. Votre ventre doit être libéré pour que le souffle passe bien et permette à votre voix de porter. Si vraiment vous n’y arrivez pas, pensez à faire des exercices de respiration.

5. Evitez les « euh », « hum »…

Comme la plupart des personnes, vous avez des tics de langage à l’image des « euh », « voilà », « hum » que nous avons tous tendance à trop utiliser. Essayez de les remplacer par des pauses qui vous permettront de reprendre votre souffle et qui ajoutera un sens à ce que vous direz par la suite. Un moment de silence permet également à votre interlocuteur de bien comprendre ce que vous souhaitez dire.

6. Faites-vous entendre

Si ce que vous dites ressemble à un murmure, vos paroles peuvent sembler n’avoir pas d’importance. Une voix couverte ne donne pas de poids aux mots que vous utilisez. Avoir plus d’amplitude vocale vous permet d’avoir plus de puissance également. Néanmoins, ne criez pas non plus, assurez-vous que votre voix porte sans assourdir tout le monde.

7. Prenez le temps de travailler votre voix

Tout comme un ordinateur, un stylo ou un logiciel, la voix est un instrument de travail. Prenez le temps de la chouchouter et de l’améliorer : elle sera votre meilleur allié. Qu’il s’agisse d’un entretien d’embauche, d’une conférence, d’une réunion ou d’une simple discussion entre collègues, elle vous permet de faire passer les messages que vous souhaitez et de la façon dont vous souhaitez les faire passer.

 

 

Previous post

Les salons qui auront lieu en Février 2015

Next post

1,03 milliard d’euros : le bénéfice net de Michelin, en baisse de 0,8% en 2014