Encore un jour à cliquer sur « Se connecter » sur LinkedIn. Vous cherchez, en vain, une énième déclinaison de l’intitulé d’un poste. Et après avoir vérifié, encore une fois, votre boîte de réception, vous éteignez votre ordinateur.
C’est un cercle vicieux dont il n’est pas facile de se tirer. Mon expérience personnelle m’a montré que la chose la plus dure est de rester motivé, et particulièrement quand vous recevez des réponses négatives, ou pas de réponse du tout. Mais toujours selon mon expérience, je sais que vous pouvez regagner en motivation en vous concentrant moins sur votre CV et plus sur ce que vous voulez comme poste.
Voici cinq conseils à cet effet.

 

1. Concentrez une partie de votre temps à des tâches spécifiques
Lorsque votre motivation est au plus bas, les tâches les plus banales comme entretenir son réseau ou refaire son CV peuvent être un vrai supplice. Une bonne façon de rendre votre recherche moins barbante ? Retravaillez votre planning et incluez des tâches plus précises.
Je m’étais, par exemple, fixé de parler à deux contacts directs un jour et d’avoir des entretiens informatifs le lendemain – afin de mieux connaître le poste et l’entreprise. Ces deux choses étaient simples et me permettaient de travailler mon réseau sans pour autant avoir l’impression que je le travaillais.
De plus, quand il s’agissait de véritables candidatures, je me fixais des quotas à atteindre chaque semaine. Cet objectif réaliste m’a permis de me focaliser sur quelques candidatures de meilleure qualité plutôt que d’envoyer des dizaines de lettres de motivation.

 

2. Cherchez des modèles de carrière
Les descriptions de postes contiennent parfois « une expérience de 5 ans » dans un certain domaine. Or une carrière est rarement linéaire. Et il faut même noter que les gens qui réussissent ont des carrières pleines de rebondissements.
Renseignez-vous donc sur les personnes qui travaillent aux postes que vous voulez décrocher et essayez de savoir par où ils sont passés pour en arriver là. Essayez de voir s’il y a des ressemblances dans leurs parcours.
Vous pouvez même essayer de contacter ces personnes. Leur demander des conseils peut être très enrichissant et avec un peu de chance ils seront très heureux de partager leurs expériences avec vous.

 

3. Obtenez des critiques constructives de vos amis
Vos amis les plus proches peuvent être vos plus grands soutiens, ils sauront vous donner une critique constructive si vous le leur demandez. Un ancien collègue, un professeur ou un ami qui vous connaît par cœur et qui connaît donc l’étendue de votre potentiel et comment vous pourriez vous améliorer. Si vous vous sentez perdu, essayez d’avoir un regard neuf en leur demandant conseil.
Identifiez les difficultés que vous rencontrez et demandez des conseils aux personnes appropriées. Connaissant vos forces et faiblesses, ils pourront vous donner des conseils précis et honnêtes qui seront plus utiles que les conseils génériques que vous pouvez lire un peu partout.
Un de mes professeurs m’avait, par exemple, encouragé à travailler mon argumentaire et m’a appris à me présenter en 30 secondes. Il avait écouté ma présentation des dizaines de fois et me faisait recommencer à chaque fois qu’il entendait une erreur en me disant ce que je faisais mal, et c’est cela qui m’a permis de me perfectionner.

 

4. Ecrivez vos objectifs de carrières
«Où vous voyez-vous dans 10 ans? » C’est une question à laquelle nous ne voulons généralement pas répondre. Mais c’est quand vous êtes en plein questionnement comme maintenant qu’il faut vous poser la question.
Prenez le temps de faire une liste de tous vos rêves, petits ou grands. Les écrire vous permettra de réfléchir sur ce qu’ils représentent pour vous et à quel point vous voulez les atteindre. Mais c’est également un bon moyen de vous remotiver. Voyez cet exercice comme un moyen de savoir exactement où va votre carrière et prenez plaisir ensuite à relire cette liste en rayant ce que vous êtes parvenu à atteindre.
Enfin écrire vos objectifs comme cela peut vous permettre de voir les liens qu’il y a entre eux et ainsi mieux cerner ce dont vous avez vraiment envie. Vous pouvez trouver des arguments pour élargir votre recherche à d’autres métiers.

 

5. Prenez du recul
A un moment donné je me suis rendue compte que chaque jour je faisais au moins une chose en rapport avec ma recherche d’emploi : de l’envoie de CV à la consultation de sites spécialisés pour avoir des conseils. Je n’avais aucun recul sur ce que je faisais et j’en arrivais à en oublier ce que je voulais vraiment.
J’ai alors réalisé que j’avais besoin de quelques jours de repos pour sortir de ce cercle vicieux. Vous fixer quelques jours de repos (avec des moments bien délimités pour repenser vos CV par exemple) peut vous aider à évacuer la frustration de la recherche d’emploi. Et c’est grâce à quelques jours comme ceux-ci que j’ai réussi à recentrer ma recherche d’emploi autour de ce que je désirais réellement.

 

Vous fixer des objectifs précis et prendre du recul pourra donc vous aider dans votre recherche d’emploi, et particulièrement quand le moral n’y est pas.

Previous post

Pourquoi les recruteurs ne vous recrutent pas ?

Next post

L'offre d'emploi du jour : Assistant commercial chez La Fourchette à Paris