Seriez vous prêt à recevoir vos bulletins de paie de façon dématérialisée ?

D’après un sondage de L’Ifop, réalisé pour Neopost, 79% des français se disent prêts à recevoir leur bulletin de salaire de façon dématérialisée. Cette démarche, rendue possible depuis le 1er janvier, n’a été adoptée que par un français sur 10 pour le moment.

Les démarches ont pourtant été simplifiées en début d’année. En effet, l’employeur peut à présent choisir, par défaut, la dématérialisation générale, hormis en cas de refus du salarié souhaitant continuer à recevoir une version papier de ses bulletins de paie. Or, ce cas semble être isolé car il ne concerne qu’1 salarié sur 5.

De plus, la version papier à ses limites ! Par exemple, près d’un quart des personnes sondées affirment ne pas être certaines de disposer de l’ensemble de leurs bulletins de paie. Pire encore, 26% des interrogés pensent en avoir perdu au cours de leur carrière.

 

La sécurité des documents comme enjeu majeur

Les personnes favorables à la dématérialisation de leurs bulletins de paie y voient beaucoup d’avantages. En effet, pour plus d’une personne interrogée sur 2, cette méthode permet notamment de sécuriser l’archivage des bulletins de paie. La sécurité est un élément prépondérant aux yeux de ceux qui ont déjà mis en place un classement sur disque dur ou dans un coffre-fort virtuel: 95% d’entre eux plébiscitent les bulletins de paie dématérialisés. Les pro-dématérialisation affirment également qu’il est plus facile de retrouver ses documents (50%) et d’y accéder à distance (41%). Ils sont moins nombreux à citer la rapidité de réception par voie électronique (27%) ou la facilité à transmettre les documents à un tiers (16%). Gardez en tête qu’il est très important de conserver vos bulletins de paie toute votre vie, ils vous serviront en particulier pour calculer votre retraite.

 

Les arguments des réfractaires sont également nombreux

En ce qui concerne les personnes qui s’opposent à la dématérialisation, leurs arguments sont nombreux. C’est la sécurité qui revient également comme l’argument majeur. En effet, 46% d’entre eux n’ont pas confiance dans les solutions de coffre-fort électronique. De plus, 13% estiment trop compliqué d’intégrer les anciens bulletins de paie dans un outil numérique. Tout simplement, 45% d’entre eux se montrent réticents à changer leurs habitudes et préfèrent classer, mois après mois, leurs papiers dans une pochette, un classeur ou toute autre solution non-numérique.

Enfin, l’employeur qui choisit d’appliquer la dématérialisation doit rendre disponibles les bulletins de paie pendant 50 ans ou jusqu’aux 75 ans du salarié. Le décret d’application paru au journal officiel en décembre dernier prévoit aussi que le salarié doit être informé 3 mois avant l’éventuelle fermeture du service en ligne, qu’il soit géré par l’employeur lui-même ou par un prestataire externe.

 

Previous post

Un plan de 15 milliards d'euros sur 5 ans pour renforcer la formation

Next post

Info : le chômage a bondi avec 29.700 nouveaux chômeurs