Quand on vous demande « Quelle est votre plus grande force ? » dans un entretien d’embauche, vous avez tout ce qu’il faut pour bien répondre : Vous mettre en valeur vos compétences professionnelles et parlez de la façon dont il n’y a personne mieux que vous adapté pour le job. Mais quand on vous demande « quelle est votre plus grande faiblesse ?  » cette question peut être beaucoup plus difficile à répondre.

Mais ce n’est pas une question piège. Votre interlocuteur est en train d’essayer d’évaluer votre confiance en vous et l’honnêteté. Une bonne réponse peut montrer comment vous pouvez surmonter les défis, vous décrire comme un professionnel engagé qui continue à s’améliorer , et effectivement mettre en valeur vos points forts.

Voici trois stratégies pour s’assurer que parler de votre faiblesse ne sera pas le point faible de votre prochain entretien.

1 . Montrez comment vous avez surmonté quelque chose

Tout le monde a des domaines qui pourraient être améliorés, mais si vous pouvez expliquez comment vous avez réussi à améliorer certains points faibles chez vous, vous montrez alors combien vous êtes fort, capable et responsable de votre développement professionnel. Alors, pensez à quelque chose que vous travaillez à améliorer. Vous pouvez expliquer que vous n’avez jamais été fort à parler en public, mais au cours des dernières années, vous avez demandé des rôles de leadership dans l’équipe, animé avec succès des réunions, et trouvé des outils pour vous aider à être plus à l’aise lorsque vous vous adressez à une foule .

Une autre tactique intelligente est de décrire quelque chose qui était autrefois une faiblesse, mais que vous pouvez maintenant donner comme une force. Par exemple, «J’ai toujours eu à travailler en maths. Mais j’ai pris un cours Excel, et cela m’a aidé à m’attaquer à des projets d’analyse quantitative beaucoup plus facilement. En fait , permettez- moi de vous montrer un rapport que j’ai récemment développé  » .

2 . Comblez les incertitudes de votre parcours

Si votre background ne correspond pas complètement aux exigences de la description du poste , ou si vous savez que l’employeur a des hésitations sur des parties de votre expérience , vous devez tut faire pendant l’entretien d’embauche pour répondre à ces incertitudes .
Par exemple: « Il pourrait sembler que ma plus grande faiblesse dans ma candidature est que je n’ai pas d’expérience longue de la vente à . Mais les compétences que j’ai acquises au cours de mes cinq années de collecte de fonds sont pertinentes pour le poste laissez-moi vous dire pourquoi .  »

3 . Faire d’une faiblesse une force

Choisissez une lacune qui peut être expliquée de façon positive. Êtes-vous névrosé, têtu, ou incapable de déléguer ? Au lieu de cela essayez d’utiliser des mots qui sont considérés comme des atouts professionnels comme dédié, persistant ou approfondi. Par exemple: «J’ai tendance à être un perfectionniste , donc j’ai parfois du mal à laisser partir un projet sans qu’il soit tout à fait finalisé pour l’équipe qui va le prendre en mains.  » Cette réponse montre que vous prenez soin des collègues avec lesquels vous travaillez.
 » Mais j’ai constaté que parfois il est plus efficace d’obtenir des commentaires sur un projet en cours de route , même si il n’est pas encore terminé. J’essaie de trouver un équilibre entre faire les choses et être ouvert aux suggestions » .

Quelle que soit la stratégie que vous choisissez, l’astuce consiste à être authentique et toujours terminer sur une note positive. Surtout ne passer pas trop de temps à parler de vos défauts : passez la partie  » faiblesse  » de votre réponse aussi rapidement que possible, de sorte que vous pouvez rebondir sur ce qui est le plus important : vos points forts ( nombreux! ).

Previous post

De stagiaire à PDG : Comment 2 dirigeants ont grimpé au sommet

Next post

Les 4 grandes erreurs pendant un entretien d’embauche