Comment répondre facilement à la question des 3 qualités et 3 défauts en entretien ?

Lorsque vous passez des entretiens, vous avez très souvent la question : « Citez-moi 3 défauts et 3 qualités qui vous caractérisent ».
Si tous les recruteurs ne posent plus cette question, nombreux sont ceux pour qui elle reste un incontournable. Alors comment construire une réponse qui vous ressemble et réponde aux attentes du recruteur ?

 

1. Les qualités et les défauts : question piège ?

En entretien, et avec cette question, l’objectif du recruteur est d’évaluer l’adéquation du candidat avec l’entreprise. Il sait, a priori, pour chaque poste, les qualités qu’il aimerait trouver chez le candidat et les défauts qui ne pénaliserait pas la mission. Il va donc chercher à débusquer les traits de caractère et de personnalité de celui/celle qu’il évalue, et questionner leurs potentielles conséquences dans le cadre du travail.
Les meilleurs sont réellement spécialistes pour repérer les incohérences, les mensonges. Pour réussir, vous devez donc faire preuve de bon sens, de sincérité. Malheureusement la plupart opte pour une réponse bateau pour trouver un défaut qui n’en est pas un.
Mais qui voudrait d’une réponse bateau ? Personne et sûrement pas un recruteur.

 

2. Comment parler de ses qualités à un entretien d’embauche ?

Parler de ses qualités n’est pas un problème. Le principe est de citer des qualités utiles dans votre métier, sans paraître orgueilleux ou vaniteux.
Mais pour parler de ses qualités, il faut déjà commencer par apprendre à se connaître.
Pour réussir en entretien et répondre efficacement à cette questions des « défauts » et des « qualités », il convient donc de connaître ses fondamentaux. Qui suis-je ? Qu’est-ce que j’aime ? Qu’est-ce que je n’aime pas ?
Il est vrai que nous n’avons jamais fini de nous connaître et il ne suffit pas d’identifier quelques qualités et défauts pour comprendre ses atouts dans le monde professionnel. Il y a des forces qui sont de l’ordre de la compétence, de l’expérience et celles qui sont de l’ordre de notre personnalité et qui sont toutes aussi précieuses pour aborder le monde du travail.
Il existe de nombreux outils pour entamer ce travail sur soi :

A. Définir ses forces en développant les éléments suivants :

  • Mes valeurs
  • Mes motivations
  • Mes compétences
  • Mes ressources
  • Ce que j’apporte au groupe
  • Mon petit « plus »

B. Construire une réponse tournant autour de la question :

  • Qu’est-ce que j’adore faire ?
  • Qu’est-ce que je n’aime pas faire ?
  • En quoi je suis doué(e) ?
  • Qu’est-ce que je prends du temps à faire ?
  • Qu’est-ce que j’aimerais changer dans ma façon de fonctionner ?

C. Le regard des autres :

Vous pouvez parler des qualités que les personnes qui vous côtoient (vos parents, vos amis…) vous donnent volontiers, et n’oubliez pas d’illustrer ce que vous dites.
Il est toujours instructif de consulter son entourage. Vous pouvez par exemple demander à trois ou quatre personnes de répondre aux questions suivantes et comparer le tout.

  • Comment me définirais-tu en tant que personne ?
  • Comment me définirais-tu en tant que professionnel(le) ?
  • Quelles sont mes forces ?
  • Quels sont mes points d’optimisation ?
  • Comment me verrais-tu évoluer ?

Pour plus d’objectivité et de transparence, vous pouvez créer un questionnaire anonyme et demander à votre entourage de répondre le plus honnêtement possible.

 

3. Liste de qualités pour un entretien d’embauche :

Voici une liste de qualités à utiliser pour un entretien avec à chaque fois une formulation en langage diplomate.

  • Adaptable, flexible : Je suis à l’aise dans presque toutes les situations. Les changements et les imprévus ne me font pas peur + (anecdote qui montre comment cette qualité vous aide professionnellement).
  • Expérimenté, qualité : Je connais ce métier, je connais ce business, je sais comment ne pas écouter + (anecdote qui montre comment cette qualité vous aide professionnellement).
  • Fiable, tenace : Je sais terminer ce que je commence + (anecdote qui montre comment cette qualité vous aide professionnellement).
  • Ouvert, accessible : Je sais me rendre accessible à mes collaborateurs + (anecdote qui montre comment cette qualité vous aide professionnellement).
  • Patience, courage : Je sais composer avec les difficultés (relationnelles, techniques ou liées au travail avec certains publics) + (anecdote qui montre comment cette qualité vous aide professionnellement).
  • Rigoureux, méthodique : J’aime le travail bien fait + (anecdote qui montre comment cette qualité vous aide professionnellement).

 

4. Comment parler de ses défauts à un entretien d’embauche ?

« Dynamique », « rigoureux » sont devenus des qualitatifs usés et vides de sens. Le pire d’entre eux ? « Perfectionniste ». Les recruteurs détestent cette réplique car elle ne veut plus rien dire. Si l’on creuse un peu, le perfectionnisme est tout sauf un collaborateur de choix : il aura du mal à clôturer un projet car il veut toujours faire mieux.
Les recruteurs ne cherchent pas la neutralité et répondre de façon mesurée semble être une fausse bonne idée.
Pour que vos défauts ne vous pénalisent pas durant l’entretien, il faut présenter les choses sous un angle acceptable.
Une recommandation pour briller : faites-preuve de bon sens. Le défaut ne doit pas être en contradiction fondamentale avec le poste. Le recruteur attend un défaut qui en soit vraiment un. Il gère des ressources humaines avec la charge émotionnelle qu’elles comportent. Il faut donc qu’il soit suffisamment marqué pour être crédible et ne pas laisser le recruteur sur sa faim.
Si le contexte est bien analysé, toutes les réponses sont plus ou moins permises. En revanche, il y a bien quelques défauts à proscrire pour aborder le monde du travail, quel qu’il soit.
Quelques adjectifs à bannir des échanges : intransigeant, trop sûr de moi, agressif, anxieux, arrogant, peu fiable, asocial, méprisant, manque de confiance en moi… Ces formulations transportent une charge négative trop élevée pour ne pas heurter.

 

5. Liste de défauts pour un entretien d’embauche :

N’oubliez pas, quand vous parlez de vos défauts, vous devez présenter les choses de manières acceptable.
Voici une petite liste à utiliser pour un entretien avec à chaque fois, une formulation indirecte qui adoucit les choses.

  • Autoritaire, directif : J’aime mettre mes idées en avant + (anecdote pour expliquer comment vous faites pour améliorer la situation).
  • Désorganisé, désordonné : J’ai tendance à prendre toutes les missions que l’on me propose + (anecdote pour expliquer comment vous faites pour améliorer la situation).
  • Distrait, déconcentré : J’ai besoin de calme pour avancer dans mon travail + (anecdote pour expliquer comment vous faites pour améliorer la situation).
  • Indécis, passif : J’avance mieux quand j’ai une deadline + (anecdote pour expliquer comment vous faites pour améliorer la situation).
  • Timide, réservé : J’ai besoin de temps pour m’ouvrir aux autres et construire une relation + (anecdote pour expliquer comment vous faites pour améliorer la situation).

 

Conclusion :

Avec une bonne préparation, le fait de parler de ses qualités et de ses défauts devient très simple. Voici ce qu’il faut retenir pour y arriver :

  • Vos réponses doivent parler de ce que vos qualités et défauts vous apportent dans le cadre professionnel.
  • Vous devez présenter les choses sous un angle toujours positif avec un bénéfice pour le recruteur.
  • Vous devez être modeste sur vos qualités et assumer vos défauts.
  • Vous pouvez préparer des exemples, des anecdotes pour illustrer vos propos et stimuler l’imagination du recruteur.
  • Restez vous-même et faites preuve de sincérité.

La question des défauts et des qualités en entretien reste probablement la question la plus iconique. A tel point que si vous demandez à quelqu’un de s’improviser recruteur, il posera sûrement cette question. De même, c’est souvent la question à laquelle on se prépare et qu’on redoute le plus.
Faire ce travail vous permettra également de voir votre personnalité de manière positive et de prendre confiance en vous.
En bref, pour répondre à cette question épineuse, il faut doser sa réponse, sans langue de bois, et s’assurer de faire savoir qui nous sommes et qui nous ne sommes pas sans mentir. Tout le monde a à y gagner.
N’oubliez pas que lorsque vous parlez de vos qualités, ce que vous dites doit correspondre avec ce que l’on perçoit de vous.

Previous post

Demandeurs d'emplois, salariés et recruteurs : Quels sont leurs rêves immobiliers ?

Next post

L'intérim pour les personnes en situation de handicap